From En français dans le texte

École buissonnière

•Mathieu Arsenault•Album de finissants• La liberté est dans la poésie la liberté est dans les livres la liberté est un professeur qui parle et les étudiants sont assis depuis une heure et demie sans qu’on avance à rien de libérant. Mathieu Arsenault Elles sont rares ces œuvres qui touchent au plus près de l’expérience de l’adolescence. Album de finissants relève ce pari. Ce n’est pas un hasard si ce livre a fait l’objet d’une adaptation théâtrale mêlant comédiens professionnels et élèves du secondaire. Paru une première fois en 2004 et récemment réédité, le livre de Mathieu Arsenault secoue le lecteur…

Présence radicale : L’exigence d’une parole singulière

• Élise Turcotte • Autobiographie de l’esprit • J’écris parfois. Je cherche une pensée ouverte, une danse à la fois fluide et entravée. Élise Turcotte À la maison, entre ses deux chats, Élise Turcotte trinque avec Calamity Jane. Odeur de terre et de parfum. « Quelle est donc cette chose que tu cherches à tuer ? » Parcourir Autobiographie de l’esprit, c’est s’exposer aux territoires sauvages et domestiques d’une auteure à la voix forte. Oubliez la tranquille visite guidée, les étapes par étapes. L’auteure nous donne à voir des parcelles de sa réalité inventée. C’est une invitation dans les pensées d’Élise Turcotte, un…

Soif dans la gorge, mal dans les pattes

• Christian Guay-Poliquin • Le fil des kilomètres • Kilomètre 1023 Je roule et les tours d’horloge s’accumulent sans que je parvienne à les compter. Il me reste encore trop de kilomètres à parcourir pour faire le décompte des heures. Christian Guay-Poliquin Malgré leur jeune âge, les éditions La Peuplade ont de la bouteille et ne craignent rien. Après avoir revampé avec brio leurs couvertures, voilà nos éditeurs saguenéens qui se lancent dans des défis tous plus fous les uns que les autres, et des romans hauts en couleur. Parmi les publications récentes nous retiendrons Le fil des kilomètres de…

Novellas québécoises : Point barre

Pour célébrer ses dix années d’existence, Le Quartanier publiait en fin d’année 2013 dix novellas, la Série Nova, écrites par des auteurs de la maison. Déjà reconnu pour ses couvertures qui accrochent l’œil, de facture simple mais aux couleurs franches, l’éditeur s’est associé au collectif Pointbarre pour offrir aux lecteurs de véritables objets d’art. Nous vous parlions récemment du texte de David Turgeon La raison vient à Carolus. Ne pouvant nous arrêter de dévorer la collection, en plein boum de longs week-ends et de trajets en train, nous vous en conseillons trois autres. •Patrick Roy•Les singes de Gandhi• Dès les…

Pour une redéfinition du roman-fleuve : La fiancée américaine

•Éric Dupont•La fiancée américaine• Elle s’est présentée au monde littéraire en octobre 2012, cette Fiancée américaine d’Éric Dupont. On nous excusera le temps de réaction ; c’est qu’il fallait se remettre de l’expérience du roman-fleuve que les sagas historiques récentes et populaires ont un peu sali, du moins aux yeux de certains lecteurs ­– dont je suis, je l’avoue candidement. La nouvelle publication en France aux éditions du Toucan nous donne l’occasion d’y revenir. Je ressentais une certaine appréhension, pour tout dire, devant tant de phrases à gober, devant la perspective de toutes ces soirées et de toutes ces nuits…

Mondes possibles

Pour célébrer ses dix années d’existence, Le Quartanier publiait en fin d’année 2013 dix novellas, la Série Nova, écrites par des auteurs de la maison. Déjà reconnu pour ses couvertures qui accrochent l’œil, de facture simple mais aux couleurs franches, l’éditeur s’est associé au collectif Pointbarre pour offrir aux lecteurs de véritables objets d’art. C’est avec un plaisir non feint que nous retrouvons donc David Turgeon, auteur des Bases secrètes (Le Quartanier, 2012), pour ce court récit au titre singulier : La raison vient à Carolus. •David Turgeon•La raison vient à Carolus• Quelque chose de nous a survécu (n’est-ce pas…

Un mile à pied

•Frédérick Lavoie•Allers simples• Frédérick Lavoie, jeune journaliste indépendant originaire de Chicoutimi, reprend dans Allers simples quatre ans de carnets de voyage en ex-URSS. Il poursuit aujourd’hui sa route en Inde où il est correspondant pour La Presse et Radio-Canada. Frédérick Lavoie te met sur le pavé post-soviétique en t’attrapant au vol, par la manche. Tu prends la route, chausses tes pompes, entres dans l’errance. Il prend corps à corps ton ignorance des lieux, des peuples, des personnes. « À s’en déchirer les paradigmes », il retourne la logique d’une mondialisation qui veut tous les regards tournés vers l’Occident. Poésie des…

Marguerite sous le gui

•India Desjardins et Pascal Blanchet•Le Noël de Marguerite• La veille de Noël, Marguerite est seule chez elle, comme à son habitude. Ses quatre-vingt ans passés font qu’elle ne sort plus beaucoup. À vrai dire, elle ne sort plus du tout. Elle préfère rester chez elle que de s’exposer à tous les dangers qui la guettent au dehors : la glace, les chauffards, les malfaiteurs… Et puis ses os la font souffrir et ses fréquents allers-retours entre la cuisine et le salon sont un exercice bien suffisant pour la garder active. Ce soir, Marguerite a une pensée pour ses enfants et…

Barbe bleue au pays des femmes consentantes

•Audrée Wilhelmy•Les sangs• En 2011, Audrée Wilhelmy faisait une entrée remarquée dans la littérature québécoise avec un roman publié chez Leméac qui se trouva en première sélection du Prix des libraires du Québec et finaliste au Prix du Gouverneur général. Oss, village aux mœurs sauvages, présente un dosage parfait pour envoûter le lecteur : un imaginaire féroce et une brutalité contenant un zeste de perversion. Comme un conte qui aurait été revu et corrigé pour les adultes seulement. Noé, l’héroïne, présente simultanément son innocence et sa dépravation, entre les brûlures régulièrement infligées par sa mère adoptive et les nuits de…

D’une maison à l’autre, Ta Mère fait encore des p’tits !

Collectif•Maison de vieux•Maison des jeunes• La jeune maison d’édition Ta Mère – ou plus si jeune puisqu’elle en est à son 20e titre[1] – a récemment fait paraître deux recueils de nouvelles collectifs pouvant être lus comme un diptyque générationnel : Maison de vieux et Maison des jeunes. Peut-être en raison de son âge, Ta Mère se fait à la fois nostalgique de son adolescence « complètement débile[2] » et inquiète de sa vieillesse potentiellement débilitante. L’idée était certes prometteuse : demander à de jeunes auteurs de s’immiscer dans des lieux clos, régis par des normes, des langages et des usages spécifiques. Au…