From Carte blanche

Lettre de Calamity Jane à sa fille

(inspiré de « Quatre autoportraits sans guitare » ou « La ballade d’Elsie » d’Élise Turcotte)   Ma très chère fille   Quand arrivera le moment de me coucher dans un cercueil je serai aussi blanche qu’une mariée de Chagall et je flotterai moi aussi dans le ciel   À mes côtés entre les planches il y aura toutes…

Jonctions et ressorts

  Aujourd’hui   Je suis un cadre le cadre d’une reproduction une reproduction de Pangnirtung de Riopelle.   Demain, je serai absent du bureau. Demain, je serai absent. Je serai absent.   Demain, je serai entre noir et blanc en un lieu   où il y a absence de sujet je serai jonction et ressort…

À l’antérieur de moi

Au commencement était le verbe, il est impératif : cochez. Je ne sais pas encore dans quelle case je vais naître. Madame, Mademoiselle, Monsieur. Cela fait neuf mois que je tente de perdre le formulaire en fermant en vain les yeux. Quel que soit le degré d’ouverture de mes paupières, je discerne toujours un coin impudique…

Nina

Lorsque la bouilloire siffle, elle attrape deux tasses sur l’égouttoir, les retourne, verse une cuillerée de café instantané dans l’une, dépose un sachet de Lipton dans l’autre. Ce sont des gestes automatiques qui laissent son esprit vaquer dans ce qu’il reste de ses rêves. Elle remplit les deux tasses d’eau bouillante, touille pour que le…

Chiaroscuro

Lune gibbeuse, mon ventre se remplit. Je lui souffle des mots comme pour le rassurer. Mais il n’y a rien à faire, la Lune sera pleine avec ou sans encouragements. La marée respire au son de ma voix. Me drosse les côtes de bois flotté. Des troncs d’arbres venus des montagnes par les rivières, le…

Fernand en gloire

Comme d’habitude quand je retourne dans mon patelin, je bifurque par le village des morts, maintenant plus peuplé que le village des vivants, pour aller te visiter. Une fois dans le cimetière, c’est immanquable, je me perds et trébuche en te cherchant. Le monde est d’une noirceur à s’en péter les orteils un peu partout.…

Cordillère

  comme je m’éveille tu t’endors peut-être même fuseau horaire saisons contraires     le bois vert s’effiloche le nœud qui nous tient c’est la montagne qui râle     respirer croche tellement ta voix la nuit continue d’être aussi mauve et pleine rare     noyer nos odeurs de chair mes jambes échouées au…

Londres, le 1er avril 1804

Londres, le 1er avril 1804 Chère Geneviève, Je crois qu’on écrit toujours pour quelqu’un. Bien sûr l’introspection, bien sûr le paysage… Mais même dans le secret de mon journal intime, j’imagine qu’un jour, après que la vie ait distribué ses récompenses et ses châtiments, quelqu’un d’un peu plus curieux que les autres trouvera au hasard…

Le chant des criquets

C’était hier, aujourd’hui le serait un jour. C’est ainsi que les faiseurs de mythes se confessent, avant de monter au ciel où quelques prières sont exaucées par les pieux, alors que les autres prières prennent le monde à la gorge et en sortent meurtries. Dans la mémoire, le bonheur est associé à la première pluie,…

Québec authentique, quelques vérités qui dérangent

Tout le monde était soulagé de me voir partir. J’ai provisoirement rompu avec mon environnement, en particulier avec mon réseau Facebook sur lequel je n’avais qu’un contact – mon cousin – qui s’était vertement offusqué en apprenant que je devais écrire un texte pour Cousins de personne… Aussitôt il avait publié ce message sur mon…