From Numéro 9 – Incipit(s)

Il existe un fantasme récurrent en littérature, celui d’un roman qui ne serait qu’une suite d’incipit. Faire naître à répétition, ne faire que cela. On croise aussi des fins ouvertes, des vers arrêtés nets comme autant de manières de se dérober à l’impératif de terminer un texte. Ce refus de clore oppose le mouvement à la fossilisation de ce qui s’est arrêté. Sans doute l’écriture laisse-t-elle un souffle en suspens, pour que la fin n’en soit pas une, qu’il y ait encore quelque chose à dire, à écrire.

Entre chien et loup

Avoir gardé soi-même la conscience de vivre dans un monde d’énigmes auquel c’est en énigmes aussi qu’il convient le mieux de répondre. Henri Michaux, Passages Il existe un fantasme récurrent en littérature, celui d’un roman qui ne serait qu’une suite d’incipit. Faire naître à répétition, ne faire que cela. On croise aussi des fins ouvertes,…

Le chant des criquets

C’était hier, aujourd’hui le serait un jour. C’est ainsi que les faiseurs de mythes se confessent, avant de monter au ciel où quelques prières sont exaucées par les pieux, alors que les autres prières prennent le monde à la gorge et en sortent meurtries. Dans la mémoire, le bonheur est associé à la première pluie,…

Québec authentique, quelques vérités qui dérangent

Tout le monde était soulagé de me voir partir. J’ai provisoirement rompu avec mon environnement, en particulier avec mon réseau Facebook sur lequel je n’avais qu’un contact – mon cousin – qui s’était vertement offusqué en apprenant que je devais écrire un texte pour Cousins de personne… Aussitôt il avait publié ce message sur mon…

Comme d’une vieille connaissance dont on prend des nouvelles

 « Et la littérature québécoise, qu’est-ce qu’elle devient ? » C’est sur cette question du « devenir » de la littérature québécoise contemporaine – c’est-à-dire de son présent et de son avenir, en regard d’un passé jugé connu – que se penchaient, en juin 2015, les participants au colloque « Que devient la littérature québécoise ? Formes et enjeux des pratiques narratives…

Entretien avec Elisabeth Daldoul, directrice des éditions Elyzad

Les éditions Elyzad ont été fondées en 2005 et sont basées à Tunis. Elles publient de la littérature en langue française. Cousins de personne tenait à aller à la rencontre de cette maison d’édition indépendante qui invite à une meilleure circulation des textes du Sud vers le Nord. Tout d’abord, Elyzad : que signifie ce mot ?…

L’étoile à la lucarne : la poésie algérienne

On ne pourrait prétendre cerner chez un peuple la pratique du vers dont la richesse s’affirme tant par son cheminement que par sa diversité linguistique. De la même façon, on ne pourrait parler des influences poétiques, sans considérer les autres genres et formes littéraires et artistiques que fréquente le poète. D’ailleurs, découvrir la poésie algérienne…

Les nouveaux pronoms personnels

JE Je est mon nom. Comme dans Jennifer, pour ceux qui aiment les choses plus longues. Je est une autre. Une parmi tant d’autres. J’ai deux sœurs jumelles. Nous sommes venues au monde à trois, en simultané, le cri primal en stéréo. Maman a mis quarante-six heures à nous expulser et un mois à nous…

Une tentative de dissertation sur la littérature belge qui tombe comme un poil de nez dans mon verre à bière

De mon cerveau ramolli par la chaleur estivale bruxelloise ne sort qu’un postulat : il n’existe pas de littérature belge. Pas plus qu’il n’existerait de langue belge, de culture belge, voire de Belgique belge. Car, comme c’est le cas, me semble-t-il, au Québec avec les cultures anglophones et francophones qui se toisent en parallèle sans jamais…

Case départ

Les mobilités, consubstantielles à l’histoire humaine, ont pris un aspect nouveau avec le drame migratoire qui, depuis la fin du XXe siècle, se joue aux frontières de l’Europe. Alors que depuis le début de la seule année 2015, plus de 2 500 personnes ont trouvé la mort en Méditerranée, l’opinion commence à mesurer l’ampleur de ce…