From Numéro 6 – Post

Post-partum, postface, postdater, posteriori, post-it,… vous l’aurez compris la thématique de ce numéro revêt le post comme d’autres le maillot des Bleus. Cousins de personne a proposé à des auteurs d’être à l’avant-poste de littératures qui n’ont de cesse de s’écrire, sur une ligne du temps plus circulaire que linéaire, qui invitent à entrer dans la danse plus qu’elles ne dressent les pourtours de plages privées.

Ce numéro post vient perturber un ordonnancement trop propre du temps : empêcher que l’on enfouisse les échecs électoraux, les auteurs ou les textes dans un passé révolu, un déjà-dit/déjà-pensé ou toute autre image congelée. Les auteurs, pas farouches, s’emparent de ce que le temps a semblé mettre au placard, ou des idées sur lesquelles s’est déposée une fine couche de poussière. Ce numéro 6 pense le regard rétrospectif avant tout comme l’intrication du passé avec le présent et le futur parce que l’enjeu, après coup, après tout, est bien d’avancer. Et parce que nous pensons que la littérature est un travail réciproque des temporalités.

Pas tellement les mots, mais le sens : Pourquoi une biographie d’Emmanuel Cocke

Emmanuel Cocke, né à Nantes le 19 mai 1945 et mort à Pondichéry le 19 septembre 1973, est un romancier, journaliste, cinéaste, critique de cinéma, chansonnier et comédien montréalais. Associé à la contre-culture québécoise des années 60 et 70, il est l’auteur de quatre romans et d’un recueil de nouvelles. Pour souligner le quarantième anniversaire…

Le charme discret de François Blais

Loin de moi l’idée d’en faire une profession de foi, un statement, mais il faut bien dire les choses comme elles sont : Mitia et moi, on est pas mal à côté de la track. Au début, on n’était pas certains, on s’éloignait à petits pas, en faisant bien attention comme quand on marche sur une…

Être dans le pré

Tout le monde sait que les souverainistes québécois ont beaucoup d’amis chez les socialistes français. Depuis longtemps, les membres du Parti québécois vont et viennent rue de Solférino. L’année 2012 fut bonne pour les deux partis frères : pour la première fois depuis 1981, ils ont été portés au pouvoir à quelques mois d’intervalle. Des…

Postlecture

Écrire des œuvres de fiction dans un monde obsédé par le présent, parce que le passé le rebute et que l’avenir l’angoisse, tient peut-être de la déraison. Le problème, avec le roman, c’est que, non seulement sa source est insondable, mais en plus il n’est jamais réellement terminé : il a été abandonné à une intersection…

Cinq mois et dix-sept jours

Jeudi 19 juin 2014, aujourd’hui. Soit cinq mois et dix-sept jours après la parution de Réparer les vivants aux éditions Verticales, le 2 janvier 2014. Laps de temps – laps de post – assez conséquent pour faire l’expérience de l’instabilité d’un texte, de son animation interne et de sa fluctuation permanente, alors même qu’il est…

Ta Mère, etc.

Cousins de personne est allé rencontrer Maxime Raymond, directeur littéraire des éditions de Ta Mère pour discuter un peu du travail atypique de cette maison d’édition, née il y a presque dix ans, et qui étincelle/crépite dans le paysage québécois par ses parti-pris littéraires et graphiques. La naissance de Ta Mère ? Ça commence avec un…

Quélesen

Suite à mes études universitaires, j’ai développé un intérêt, cet intérêt est devenu une passion ; de cette passion est née une idée et de cette idée le blog quélesen. Revenons un peu en arrière, sur la genèse du site. Comme de nombreux étudiants, je travaillais sur des auteurs français déjà beaucoup trop étudiés et sur…

Que se brise la vague

• Hélène Dorion • Recommencements • Nous avançons dans le monde, rassurés à l’idée qu’existent un point A et un point B, convaincus que la réussite réside dans l’absence de troubles, d’erreurs, d’échecs ou d’hésitations. « D’instinct, nous réagissons à l’inconfort par la fuite, niant par là l’expérience qui nous est offerte. » Nous gardons une conception linéaire d’un monde duquel nous devons constamment nous méfier, ce monde plein de menaces qui pourrait un jour nous faire basculer. Plus les attaches sont nombreuses, plus nous risquons gros. Sur la ligne du temps, comme des funambules effrayés, nous avons peur de perdre pied.…

École buissonnière

•Mathieu Arsenault•Album de finissants• La liberté est dans la poésie la liberté est dans les livres la liberté est un professeur qui parle et les étudiants sont assis depuis une heure et demie sans qu’on avance à rien de libérant. Mathieu Arsenault Elles sont rares ces œuvres qui touchent au plus près de l’expérience de l’adolescence. Album de finissants relève ce pari. Ce n’est pas un hasard si ce livre a fait l’objet d’une adaptation théâtrale mêlant comédiens professionnels et élèves du secondaire. Paru une première fois en 2004 et récemment réédité, le livre de Mathieu Arsenault secoue le lecteur…