From Numéro 5 – Contes, mythes et légendes

A l’ère où le scepticisme nous tartine les ouïes et oppresse notre souffle ; à l’ère du peu d’espoir et du peu de désespoir, à l’ère actuelle donc, si l’on aime encore tant à se faire conter des histoires, c’est peut-être que seules ces frêles sornettes-là, dans l’épaisseur du discours ambiant, possèdent encore une emprise sur ce que le réel a de sensible. De même, si l’on se plaît tant à les conter, c’est certainement pour mieux comprendre le Monde.

Mondes possibles

Pour célébrer ses dix années d’existence, Le Quartanier publiait en fin d’année 2013 dix novellas, la Série Nova, écrites par des auteurs de la maison. Déjà reconnu pour ses couvertures qui accrochent l’œil, de facture simple mais aux couleurs franches, l’éditeur s’est associé au collectif Pointbarre pour offrir aux lecteurs de véritables objets d’art. C’est avec un plaisir non feint que nous retrouvons donc David Turgeon, auteur des Bases secrètes (Le Quartanier, 2012), pour ce court récit au titre singulier : La raison vient à Carolus. •David Turgeon•La raison vient à Carolus• Quelque chose de nous a survécu (n’est-ce pas…

Ce qui précède l’acte

Ma première incursion dans la littérature érotique a produit en moi un déclic. Je me souviens très clairement du livre emprunté dans la collection parentale. Il recelait quelques nouvelles que je trouvais somme toute banales, jusqu’à la lecture d’un passage où la protagoniste se laissait caresser dans un ascenseur. En plein début de puberté, j’ai ressenti une chaleur curieuse dans mon bas-ventre. L’évocation du plaisir corporel alimentait ma curiosité sexuelle grandissante. Je commençais à comprendre la puissance des mots. – O C’est cette même puissance qui a fait naître notre blog une décennie plus tard. Une collaboration entre deux amies…

Un mile à pied

•Frédérick Lavoie•Allers simples• Frédérick Lavoie, jeune journaliste indépendant originaire de Chicoutimi, reprend dans Allers simples quatre ans de carnets de voyage en ex-URSS. Il poursuit aujourd’hui sa route en Inde où il est correspondant pour La Presse et Radio-Canada. Frédérick Lavoie te met sur le pavé post-soviétique en t’attrapant au vol, par la manche. Tu prends la route, chausses tes pompes, entres dans l’errance. Il prend corps à corps ton ignorance des lieux, des peuples, des personnes. « À s’en déchirer les paradigmes », il retourne la logique d’une mondialisation qui veut tous les regards tournés vers l’Occident. Poésie des…

Marguerite sous le gui

•India Desjardins et Pascal Blanchet•Le Noël de Marguerite• La veille de Noël, Marguerite est seule chez elle, comme à son habitude. Ses quatre-vingt ans passés font qu’elle ne sort plus beaucoup. À vrai dire, elle ne sort plus du tout. Elle préfère rester chez elle que de s’exposer à tous les dangers qui la guettent au dehors : la glace, les chauffards, les malfaiteurs… Et puis ses os la font souffrir et ses fréquents allers-retours entre la cuisine et le salon sont un exercice bien suffisant pour la garder active. Ce soir, Marguerite a une pensée pour ses enfants et…

Appuie sur la clenche

A l’ère où le scepticisme nous tartine les ouïes et oppresse notre souffle ; à l’ère du peu d’espoir et du peu de désespoir, à l’ère actuelle donc, si l’on aime encore tant à se faire conter des histoires, c’est peut-être que seules ces frêles sornettes-là, dans l’épaisseur du discours ambiant, possèdent encore une emprise sur ce que le réel a de sensible. De même, si l’on se plaît tant à les conter, c’est certainement pour mieux comprendre le Monde. Ferron a dit que le conte est « quelque chose de plus vrai que la réalité. [Qu’il fait] partie du mode de l’aveu ». En…

Une histoire, un œuf, une histoire

Jacques Ferron, médecin, écrivain, Éminence de la Grande Corne du Parti Rhinocéros Entre ses mains, l’histoire de la Nouvelle France, puis Canada Français, puis Québec, par métonymie l’histoire humaine, prend des allures de petites farces à épisodes : les scènes se suivent, elles ont leur chute, d’où procède la blague, et avec la blague, bien souvent, la signification – même si les hommes, comme certains duettistes de Beckett, se gardent bien de vouloir signifier sans cesse. Il a fait le docteur, à la campagne : mais ne venez pas lui parler d’accoucheur des esprits, ni de médecin des âmes, il…

Futur, ancien, Fred Pellerin

Les cartes virevoltaient au-dessus de la Mort, comme un essaim de papillons du hasard. Éphémères et fous. Entremêlant tous les avenirs et tous les passés. L’Arracheuse de Temps, 2009 Conteur survolté élevé parmi les mouches à feu du petit village de Saint-Élie-de-Caxton, là où « les lutins et les fées s’écrasent dans les pare-brise le soir », Fred Pellerin est d’abord et avant tout un homme de parole, un artiste du délire verbal qui s’antan comme il se prononce. C’est en l’écoutant raconter ses contes de village sur scène ou sur CD qu’on apprécie le mieux son univers délicieusement décalé, unique et…

La steppe blanche

Viviane n’est pas morte. C’est Monique qui le dit. Elle dit : « est pas forte, mais est pas morte. » Elles jouaient aux cartes ensemble. Un soir de même. Les fêtes c’est dur d’être tout seul. Ça fait que Viviane est venue jouer aux cartes, ses seules sorties en ville depuis la mort de Constant. Constant, c’est lui qui avait le carnet d’adresses, c’est lui qui se faisait inviter. Il chantait. Il était drôle. On l’aimait Constant. Viviane, elle… elle joue un bon jeu de bridge. Comme elle ne sortait plus souvent, la Viviane, ça la rendait nerveuse. Elle allait être obligée…

Spinoza au pays de Legba

Je suis à l’aéroport Toussaint-Louverture de Port-au-Prince. Les voyageurs sont impatients. Trois avions arrivent en même temps. C’est le pire des embouteillages. La piste est prise d’assaut, des gars, debout avec leurs bâtonnets, semblent perdus dans des gestes d’automate. Un petit orchestre. Des photos de plage accrochées au mur fraîchement peint. Après avoir passé la douane, je me dirige vers la salle de livraison des bagages. Un jeune homme s’approche de moi. Alors qu’une dizaine de porteurs m’assaillent de questions sur la couleur de mes valises et ma provenance… Ah, pas celui-là, avec ses lunettes d’intellectuel. Il m’apostrophe, avec un…

Espace-temps du mythe

au fond de l’inconscient de toute activité artistique, de tout grand art, repose le désir de pouvoir redevenir mythique, de représenter encore une fois la totalité de l’univers. Hermann Broch, Création littéraire et connaissance Homère, Platon, Ovide, Barthes et les autres en savent pas mal plus que moi à propos des mythes. Lévi-Strauss également, qui n’a rien à voir avec une paire de jeans. Il écrit dans Anthropologie structurale : « les mythes constituent des tentatives d’explication de phénomènes difficilement compréhensibles… » Au départ, le mythe est un récit, une histoire qu’on se raconte, sinon pour arrêter d’avoir peur de ce qu’on…