By Myriam Suchet

Myriam Suchet est maître de conférence en littératures francophones et françaises à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, où elle dirige le Centre d’études québécoises (Écritures de la modernité). Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle a mené une thèse de littérature comparée et de traductologie en cotutelle entre la France (Lille 3) et le Québec (Concordia University). Elle vit de manière transatlantique et hétérolingue, à la recherche d’imaginaires alternatifs aux logiciels de la pensée dominante. Son dernier ouvrage, "L’Imaginaire hétérolingue. Ce que nous apprennent les textes à la croisée des langues", est paru en juin 2014 aux éditions Classiques Garnier (Paris).

Oser la littérature (tout court) !

OSER, verbe trans. [Suivi d’un inf. sans prép.] Entreprendre (de faire, de dire quelque chose) avec audace. D’après le Trésor de la langue française en ligne. Syn. : risquer, hasarder, s’aventurer, s’enhardir, tenter. Mais aussi : chiche ? même pas cap’ ! t’es-tu game ? Ex. : « Heille, les tchums du Québec, si je lance c’te machine-là, vous êtes-tu game ? », Mélikah Abdelmoumen, « Coup de gueule – ou Cousins de personne (la France, le Québec et les « francophonies ») », le 3 juin 2012. ••• Une forme d’audace est sans doute nécessaire pour promouvoir (diffuser, enseigner, éditer…) la littérature québécoise en France. Du moins lorsqu’on refuse de la…