By Michel Vézina

Michel Vézina est éditeur, écrivain et chroniqueur. Il a fondé les éditions Coups de tête en 2007, puis Tête première en 2012. Il agit à titre de directeur littéraire pour les deux maisons. Il écrit des romans, des nouvelles, des essais et, depuis peu, un certain type de poésie en prose où il laisse plus librement s’exprimer ses pulsions secrètes. Michel Vézina a publié plus de 900 chroniques dans de nombreuses publications, et il a participé à l’écriture de textes pour des spectacles de cirque avec Les 7 doigts de la main. Michel aime les bonnes choses de la vie : alcools durs, tabac blond, drogues douces, bouffes gargantuesques, femmes brillantes, films délirants, théâtre visionnaire, cirques déments et voyages infinis. Il aime passer de longues soirées dans les bois à chanter avec les coyotes, et de courtes nuits dans les villes à valser avec des anges.

Simon et le fleuve

L’hurluberlu avait l’air un peu ouf. Il déambulait en faisant des zigzags, sa tête ne tenait plus sur son cou : on n’aurait pu dire s’il était timbré ou soûl. Toute la soirée, il s’était ambiancé à tire-larigot, il avait préféré les fariboles aux échanges tranquilles avec son frère aîné. L’hurluberlu essayait de retrouver son chemin…

Le modèle SNCF

Au début, il y avait la France. On y parlait de multiples patois et n’y écrivait qu’en latin. Est ensuite arrivé le français, dans ce sens de la langue. Puis Rabelais et, enfin, une langue écrite qui se modelait sur le parlé, la parlure. En ces temps-là, le Roy envoyait des Français dans le Monde. Pour les couronnes d’Europe, c’était la course à la richesse des riches et de facto celle à la pauvreté des pauvres. On a appelé ça conquêtes et découvertes : c’étaient aussi des envahissements, du commerce triangulaire, et de la colonisation. Le Jésuite bourlinguait, mes amis : ça…