By Mélikah Abdelmoumen

Mélikah Abdelmoumen est née au Québec en 1972. Elle est l’auteure de plusieurs romans (dont "Chair d’assaut", Trait-d’Union, 1999 et "Alia", Marchand de feuilles, 2006), d’un essai sur l’écrivain français Serge Doubrovsky ("L’École des lectrices", Presses universitaires de Lyon, 2011) et de plusieurs articles et nouvelles. Elle vit en France depuis juillet 2005. En août 2012, elle fonde avec Marie Noëlle Blais l’association Cousins de personne, dédiée à la promotion de la littérature québécoise en France. Son prochain roman paraîtra chez VLB éditeur à l’automne 2013.

Les United States of Plamondon

Arrive enfin le moment magique de la mayonnaise. Parfois elle prend, parfois elle ne prend pas. Il y a ceux qui disent la réussir à tous les coups, et ceux qui disent ne jamais y arriver. On ne sait pas pourquoi. C’est là toute la beauté de l’émulsion. Comment mélanger deux substances qui ne se mélangent pas ? Éric Plamondon, Mayonnaise (1984, tome II) On vous a chanté les louanges des deux premiers tomes de cette étonnante trilogie, 1984, signée Éric Plamondon, un romancier québécois établi depuis quelques années en France. On vous a expliqué que les intrigues passionnantes et pourtant…

Verrats et ferrovipathes (suggestions de lecture pour la rentrée)

C’était à peu près à ce temps-ci de l’année. J’avais à peine plus de vingt ans. Je discutais avec un ami immigré écossais complètement déjanté et délicieusement provoc’. Son pays me fascinait, m’intriguait. Il était réalisateur et moi, cinéphile. Il brandissait sous mon nez un de ces magazines spécialisés qui vous permettaient de découvrir, des mois avant tout le monde, le prochain phénomène incontournable du cinéma underground du Royaume-Uni. En couverture, en noir et blanc, un jeune homme au crâne rasé, costard rayé et Converse aux pieds, posait indolent dans une mise en scène où le glam-trash se mêlait à une esthétique…

Figures aquiniennes, un portrait

Tous les artifices de l’intrigue ne feront jamais oublier au lecteur que derrière cet écran de décombres se cache une pauvre loque qui se prend pour Dieu. Toute intrigue est dolosive, tout personnage une imposture. […] Quand tu liras ces lignes, je serai déjà absent ; et si je n’ai pas encore décroché, ce sera tout au plus une question d’heures ou de jours, car, à vrai dire, il me presse de te trahir. Hubert Aquin (1929-1977), Obombre. Et il l’a trahi, son lecteur, notre Hubert Aquin. Consciencieusement, méticuleusement, sans pitié aucune. N’hésitant jamais à bafouer ses attentes paresseuses, ses…