By Christine Arseneault-Boucher

Christine Arseneault-Boucher est insulaire. Elle s’est exilée dans la vieille Québec dix ans durant, le temps d’étudier les arts plastiques, le cinéma, la littérature et d’ajouter libraire à son curriculum. De retour sur ses Îles, elle discute livres et écriture(s) devant un micro, autour d’une table, ou au-dessus d’une tasse de thé.

Fenêtres sur l’humanité

•François Blais•La classe de madame Valérie• Entre roman choral et arborescence de caractères au sens où l’entend Jean de La Bruyère, La classe de madame Valérie, ce sont vingt-cinq élèves et leur enseignante de cinquième année, en 1990. Ce sont aussi vingt-cinq jeunes cégépiens, en 1997. Et enfin, vingt-cinq vendeurs de thermopompes slash danseuses érotiques slash tueurs en série, en 2011. Avec une accumulation de moments charnières de leurs existences, perçus comme autant d’ouvertures vers leurs intériorités, l’auteur nous étonne avec cette constitution d’un monde fictif intelligemment représentatif de notre humanité. Blais y va d’une alternance de points de vue,…

Ces vagues géantes qui emportent les gens

•Stéphani Meunier•On ne rentre jamais à la maison• Pierre-Paul a douze ans, donne systématiquement des surnoms aux gens qu’il côtoie et a vu cent fois La nuit américaine de François Truffaut ces deux dernières années. Il apprend que ses parents vendent la maison familiale, sur l’avenue Lorne à Montréal. Charlie, la meilleure amie de Pierre-Paul, disparaît sans laisser de traces, plongeant son camarade dans une incompréhension et un sentiment de culpabilité. Il croit fermement que Charlie s’est évaporée dans l’un de ses rêves à lui, prisonnière d’une maison magique dans cette demeure de l’avenue Lorne. Comme enfermée dans un labyrinthe…