Michaël Trahan

Latence et révélation. Cousins de personne a invité la photographe Justine Latour à explorer l’univers du poète Michaël Trahan. Il est remarquable de voir comme leur travail est fait du même bois. Des clairs-obscurs, des lignes de fuite et de formidables réservoirs de potentialités ; il existe dans l’obscurité tout un langage que la lumière…

Derniers articles

© Justine Latour

Faire barrage

Qui dit résistance pense bien souvent action ou engagement politique. Sans négliger cette acception du mot, Cousins de personne a souhaité dévier légèrement de cette trajectoire obligée et revenir à son sens premier : la résistance comme phénomène physique d’opposition à une action ou à une force, comme opposition au passage du courant. Face à…

Tandis qu’elle agonise…

1- Résistances à la littérature À la littérature, le contemporain résiste. Depuis déjà de nombreuses années, une dénégation importante envers la littérature se déploie de façon systématique. Au Québec, malgré le nombre toujours plus grand de livres publiés, la critique littéraire se refuse à prendre une place significative. Elle semble toujours s’excuser d’exister et de…

© Justine Latour

Petite phénoménologie de la résistance

On transforme sa main en la mettant dans une autre. Paul Éluard Le malheur et l’espérance sous mon toit brûlent, durement noués, apprends ces vieilles noces étranges, mon ami, mon ami. Anne Hébert Révolte, insoumission, nihilisme, héroïsme, militance, terrorisme : il existe, on le sait, de multiples manières de dire non, de contester, mille façons de…

Les Éditions Tintamarre aux frontières de la francophonie

Si la France a « donné » l’indépendance à toutes ses anciennes colonies au XXe siècle, il ne faut pourtant pas oublier que Napoléon avait vendu la Louisiane à l’aube du XIXe siècle. Désormais citoyens américains, les membres de la population francophone étaient soumis à de lourds impôts destinés, entre autres choses, à payer la construction d’écoles…

Success story

Tu te revois. C’était il y a six ans. Au mois d’avril. Ce mois où, au Québec, la sloche remplace la neige et fait de Montréal un immense granité à la bouette. Ce mois où le printemps se prend pour Godot et n’en finit plus de promettre qu’il va venir sans jamais tenir parole. Ce…