Qui sommes-nous ?

Force est de constater que le silence, le secret, la réserve, nous sont devenus insupportables. Il faut pouvoir montrer ses papiers en toutes circonstances, pouvoir répondre de soi, avoir des goûts, des partis pris qui nous construisent en individualité irréductiblement exceptionnelle. L’identité structure nos perceptions et habite nos relations ; une identité qui, aujourd’hui, se…

Derniers articles

Matières premières de la littérature

• David Turgeon • Le continent de plastique • David Turgeon nous livre Le continent de plastique, roman ayant pour thème l’immense tissu de déchets éponyme. Familièrement étranger bien qu’invisible depuis nos côtes, le continent flottant permet une autre perspectivesur le monde, celle des matières premières usagées, des rejets de production. L’auteur nous en fait explorer la partie relevant de la littérature, nous donnant pour guide un « je » anonyme, narrateur du récit et assistant d’un romancier, qu’il préfère appeler « le maître ». Au-delà de la relation entre ces deux personnages, le roman s’étend sur tout l’écosystème du littérateur : ce sont tantôt…

© Justine Latour

Lettre de Calamity Jane à sa fille

(inspiré de « Quatre autoportraits sans guitare » ou « La ballade d’Elsie » d’Élise Turcotte)   Ma très chère fille   Quand arrivera le moment de me coucher dans un cercueil je serai aussi blanche qu’une mariée de Chagall et je flotterai moi aussi dans le ciel   À mes côtés entre les planches il y aura toutes…

anonymat_cdp_2-8

Jonctions et ressorts

  Aujourd’hui   Je suis un cadre le cadre d’une reproduction une reproduction de Pangnirtung de Riopelle.   Demain, je serai absent du bureau. Demain, je serai absent. Je serai absent.   Demain, je serai entre noir et blanc en un lieu   où il y a absence de sujet je serai jonction et ressort…

anonymat_cdp_7-1

À l’antérieur de moi

Au commencement était le verbe, il est impératif : cochez. Je ne sais pas encore dans quelle case je vais naître. Madame, Mademoiselle, Monsieur. Cela fait neuf mois que je tente de perdre le formulaire en fermant en vain les yeux. Quel que soit le degré d’ouverture de mes paupières, je discerne toujours un coin impudique…

© Justine Latour

Nina

Lorsque la bouilloire siffle, elle attrape deux tasses sur l’égouttoir, les retourne, verse une cuillerée de café instantané dans l’une, dépose un sachet de Lipton dans l’autre. Ce sont des gestes automatiques qui laissent son esprit vaquer dans ce qu’il reste de ses rêves. Elle remplit les deux tasses d’eau bouillante, touille pour que le…

anonymat_cdp_4-1

Chiaroscuro

Lune gibbeuse, mon ventre se remplit. Je lui souffle des mots comme pour le rassurer. Mais il n’y a rien à faire, la Lune sera pleine avec ou sans encouragements. La marée respire au son de ma voix. Me drosse les côtes de bois flotté. Des troncs d’arbres venus des montagnes par les rivières, le…